Author: aldurah2013

Home/Articles Posted by aldurah2013 (Page 14)

Segment 4 of 7: Boy is Down in His Father’s Lap, Fetal Position

This scene opens at Time Code Reading (TCR) 1:17:40:07 with the sound of automatic weapon fire accompanied by a large cloud of dust. The camera is out of focus and shaky, but slowly comes to rest briefly on the boy lying down, with his head on Jamal Al Durah’s legs. France2’s presentation of this scene in its September 30, 2000 broadcast was accompanied by Charles Enderlin’s commentary: “But, a new round of fire, and the boy is dead…” 

In this footage we can see another bullet striking the wall, leaving a tell-tale circular dust cloud that indicates a head-on shot (i.e., from the direction of the Palestinian position, the Pita).

2nd bullet-a

In addition, this segment shows what seems to be a blood stain on the boy’s right leg (which appears as one of the three bullet wounds he received per the Shifa hospital pathology report). A close-up of the scene indicates that this stain is actually a red cloth.

take 4 red rag

 

Close-up of Muhammad down, with hand and red object.

Since in subsequent scenes, this red spot will disappear from the boy’s leg (an impossibility were it a blood from a bullet wound), some have speculated that it is a red rag intended to indicate blood in the sequence, identical with the red rag shown to reporters the next day behind the barrel.

Note that although Jamal Al Durah is in a position indicating serious injury (presumably were he not hurt he would be reaching for his son), there is no sign of blood on him or on the barrel or wall behind him where a through and through bullet would have sprayed his blood.

Segment 5 of 7: Muhammad Down (Stretched Out) and his Father Swaying

This is the final segment used by Enderlin in his original broadcast. He continues his narration from the previous segment “[Muhammad is dead…] and his father badly injured.”

Indeed we see Jamal swaying back and forth as if in shock, although in this sequence he is facing the camera directly and, again, shows no sign of blood on his clothing or on the wall behind him.

The boy is now lying outstretched, with his right hand covering his eyes. Such a position undermines the narrative whereby he has died of a stomach wound, since, were that the case, he would have remained in a fetal position clutching the wound.

There is red around his shirt near his stomach, but no blood on the ground in front of him, despite, according to Talal, his having bled out on the ground for twenty minutes before dying.

There is a bullet hole in the wall just behind Jamal’s arm which could not possibly have come from the Israeli position without turning a corner.

Segment 6 of 7: The “Death Throes” Enderlin Cut

Here is the final segment that Talal abu Rahma filmed of the Al Durahs under fire behind the barrel. We see that Jamal has changed position since the last segment, this time turning to the left (away from his son now lying at his feet). The sequence is shot out of focus. Again, at Time Code Reading (TCR) 1:18:07:03 as abu Rahma’s camera pulls back or zooms out we can see the empty tripod to the left of the Al Durahs that we first saw in Segment 3 of 7.

Muhammad lies on the ground, still stretched out, still holding his right hand over his eyes. At (TCR) 1:17:59:05 to 1:18:08 Muhammed slowly raises his elbow until he is looking out from underneath his right arm (squarely in the direction of the camera). Muhammed then slowly lowers his arm, lifting his feet behind him in counterweight.

Enderlin cut this scene from his original broadcast, claiming alternately 1) these were the death throes of the child and he wanted to spare his viewers so unbearable a sight and 2) he did not want to focus overmuch on Al Durah as his broadcast was about a larger story.

Such movements, however, according to forensic medical expert Ricardo Nachman:

The final scenes (sic.), in which the boy raises his head and arm, moves his hand to his face and look (sic.) out in to the distance does not depict death throes but rather a deliberate movement. One does not need to be an expert to realize this. Someone who has been significantly wounded by a bullet to the stomach cannot make such movements. One would expect the boy to clutch his stomach rather than reach up and place his hand on his face.

Segment 7 of 7: The Al Durahs No Longer Behind the Barrel

Very few people have seen or analyzed this sequence. It begins with a short shot of the barrel which now has no one near it. Although the scene is again out of focus and brief, there is no sign of the kind of pool of blood one would expect had the boy bled on his stomach for twenty minutes (abu Rahma), and had the ambulance attendant scooped his intestines off the ground to pick him up into the ambulance, nor on the wall or the barrel.

Cropped_screen_shot
The final ten seconds record the evacuation of an individual at a distance (in front of the Palestinian Police station at the corner of the intersection). The person being evacuated is clearly neither the boy nor Jamal.

The significance of this final evacuation is that abu Rahma claimed he did not have enough battery life to film more than one minute. As a result he has no scenes of either the boy bleeding, or of the ambulance evacuation. And yet, in general, ambulance evacuation scenes were so valuable that the “street” frequently staged them for the cameras. Why abu Rahma still had batteries to film a distant, nondescript evacuation but not to film the earlier, allegedly lurid evacuation of the boy and the father is difficult to explain according to the accepted narrative in which the boy was killed.

France2 Television Station

France2

France2 Television Station

One of three stations comprising France Television, French public television.

Palestinian Authority Television Weaponization of Al Durah Imagery – PATV

PATV immediately weaponized the footage of al Durah. Within a matter of days, they found the footage they wanted: an Israeli soldier firing a gun (at demonstrators rioting because of the showing of the al Durah footage). Newsmen at the PA inserted this into the footage affirming the accusation of deliberate, targeted killing.

Al Durah Footage doctored to accuse Israel of deliberately targeting the boy:

Asked to explain the procedure – which violates every principle of Western professional journalism, but apparently accords directly with the Palestinian belief that “journalists should tell the truth and nothing but the truth.”

PA TV Official explains adulterating Al Durah footage (Schapira, “Three Bullets and a Dead Child”):

The footage was played in an endless loop. The most popular Palestinian singer sang a song in which the video has Muhammad gesturing to other children to come join him in martyrdom.

Al Durah video song calling on Palestinian children to follow him in martyrdom:

One Israeli observer noted during the course of the Intifada, one could anticipate the levels of violence the following day by counting how many times the Al Durah footage appeared on PATV.

French Court (Re-)Considers Philippe Karsenty’s Fate

Al-Dura: French Court (Re-)Considers Philippe Karsenty’s Fate

Author: Veronique Chemla | Re-posted with permissions | Article originally appears here.
The man who uncovered the Al-Dura video fraud is still being tried for defamation.Updated article.

My article is perfectly and kindly translated in English by Michel Gurfinkiel forPajamas Media.

My original article is published in French on my blog
What will the Court of Appeals of Paris decide about Philippe Karsenty— the deputy mayor of Neuilly, director of the Media Ratings rating agency, and foreign affairs head of the French Liberal Democratic Party (a free-market party)?

 Will it hold him fully guilty of defamation against France Televisions (the umbrella organization behind France’s many state-owned TV channels) and Charles Enderlin, the state-owned France 2 channel chief correspondent in Jerusalem? Or will it release him once and for all based on the fact that he had the right to defame them because he had enough material to substantiate his accusations?

The recent Court hearings on January 16 were about this ultimate question.
Karsenty, one will remember, claimed that the infamous TV report on the killing in cold blood by Israeli soldiers of Palestinian boy Mohamed al-Dura — as it was released on September 30, 2000, by France 2 under Enderlin’s supervision — was a media hoax. Technically, such words can either be understood as defamation under French law, or accepted as legitimate criticism of the way the report was conducted, edited, and distributed worldwide.

The hearings took place in a special atmosphere: Paris was in the middle of a biting cold wave; one could feel it even at the majestic Palais de Justice near Notre Dame cathedral. Then there was the Al-Dura file itself, the ever-increasing suspicion about the report, the concern about Enderlin’s image. A feeling that some kind of censorship was at work, one way or the other, and that taboo issues were at stake. Also, a widespread fear that some of the people involved might engage in legal procedure almost at will.

You could also notice a measure of irritation with Karsenty, along with the growing questioning of “Pallywood,” “Hezbollywood,” “Syriawood,” and almost any other Mideast production.
SNJ, the French journalists union, requested its members attend the hearings in order to grant support to Enderlin, yet very few turned up for the six-hour Court session. Daniel Bilalian and Vincent Nguyen from France 2 were there, as well as Emilie Raffoul of Canal+[1].

However, the top echelon of France Televisions, who had attended aprevious Court session on February 27, 2008, was conspicuous by its absence. So were the French Jewish media.

On the other hand, there was a large audience present, including VIPs like Richard Prasquier, the chairman of Crif (the Representative Council of French Jewish Organizations). JSS News, an Israel-based online magazine, covered the hearings live.
——————–
Before the hearings start, Karsenty approaches Enderlin and shakes hands with him. They chat briefly.
The president of the Court, Jacques Laylavoix, sums up the case and the procedure. Reading from stapled sheets of paper, he mentions — quite amazingly — “the Israeli positions” (plural) at the Netzarim crossing in the Gaza Strip. A factual error to be found in earlier Court decisions as well as in the submissions of Enderlin and France Televisions. It appears the judges repeated the plaintiffs’ error.
——————–
Both in the report broadcast by France 2 on September 30, 2000, and in the reels undersigned by Talal Abu Rahma, the Palestinian cameraman, Enderlin says:
“3:00 PM … Everything turns upside down near the colonial settlement of Netzarim in the Gaza Strip… Here, Jamal and his son Mohamed are targeted by shootings from the Israeli position (singular) … Mohamed is 12 years old … His father tries to protect him … He waves his hand … But a new burst of fire … Mohamed is dead and his father heavily wounded …”

The France 2 report draws doubts and investigations from and by Nahum Shahaf, an Israeli physicist; Gerard Huber, a French psychoanalyst and philosopher of science; Stéphane Juffa, the editor in chief of Mena, a press agency; Esther Schapira, a German journalist and filmmaker; Luc Rosenzweig, a French journalist; and Richard Landes, the American scholar who coined “Pallywood” as a generic name for the Palestinian propaganda industry.
Things got more polemical as France 2 declined to release the report’s rushes, and as Abu Rahma made contradictory statements about what happened. On October 3, 2000, Abu Rahma declared under oath at the Palestinian Human Rights Center that “the child was killed on purpose and in cold blood by the Israeli Army.” Two years later, on September 30, 2002, he said in a facsimile message sent to the France 2 Jerusalem desk: “I never said to the Palestinian Human Rights Organization that Israeli soldiers killed Mohamed al-Dura and wounded his father on purpose and in full awareness.”
What first amounted to a discussion about the shootings — who actually shot, Israelis or Palestinians? — quickly switched to whether the whole France 2 narrative and the facts it relied upon were true or not.
Karsenty, as the director of Media Ratings, twice dismissed the France 2 report as a “media hoax,” “sham reporting,” “pure fiction,“ and a “hoax” in two electronic messages forwarded in November 2004. Moreover, he demanded that both Enderlin and Arlette Chabot, then-director of information at France 2,be fired.
Enderlin and Chabot’s reaction was to sue Karsenty for defamation. Karsentywas found guilty by the Court of Paris on October 19, 2006. He appealed. Upon his demand, the Court of Appeals of Paris requested on October 3, 2007, that France 2 present the report rushes. After viewing them, the Court released Karsenty on May 21, 2008. Moreover, it berated the respondent party.

However, the Court of Annulment, France’s highest authority in judicial matters, quashed the decision on technical grounds on February 28, 2012: it argued that the defender is supposed to produce evidence by himself.
The case was thus sent back to the Court of Appeals of Paris — with a new panel of judges — in order to either confirm or revoke its decision. Hence the current hearings.
The Court’s president asks Karsenty to introduce himself.

Karsenty presents the equipment he will use in order to defend his standpoint: a PowerPoint presentation consisting of September 30, 2000 press agencies’ rushes; and a one-hundredth model of the Netzarim crossing.

Then, he corrects the president’s aformentioned error: there was only one Israeli position at Netzarim crossing.

He reminds the Court about his political duties as deputy mayor of Neuilly (a posh surburban municipality in Greater Paris, of which Nicolas Sarkozy was mayor until being elected president) and as spokesman and person in charge for international affairs at the Liberal Democratic Party (nothing to do with the American Democrat party — they were the only ones in France to support Mitt Romney).

Then, he places the Al-Dura case within the global historical context and points to the controversial pictures’ “planet-wide impact”: from Osama Bin Laden, who used them to instill hatred among jihadists; to the video featuring the slaughtering by jihadists in Pakistan of the American journalist Daniel Pearl, inlayed with the face of Mohamed Al-Dura; to the French jihadist Mohamed Merah, who ascribed his killing spree in Montauban and Toulouse in March 2012 to a will to avenge the Palestinian boy:

Back in 2002, I, like many other people, just held as wholly unthinkable that France 2, the French public television, would broadcast a false report, or make any mistake, especially within the framework of a report commented by Charles Enderlin. … He is seen in France as the voice of the Middle East. Dominique de Villepin is reported to have asked, just ahead of a press conference at the French embassy in Israel: “What does Charles think about it ?” One must remember how powerful Enderlin is as a character. He is a very convincing person. I would dare to say that he is the Middle East’s Thierry Roland.

(Dominique de Villepin is a former conservative foreign minister and prime minister of France. Thierry Roland was for decades the number one TV commentator on sports in France.)

Karsenty reminds the Court about Enderlin’s political friends: Jacques Chirac, the former president of France; Bertrand Delanoë, the mayor of Paris. “And Shimon Peres,” Enderlin adds. Karsenty:

As a matter of fact, I think that Enderlin is a victim. He is the victim of his cameraman, who supplied him with doubtful pictures. He is the victim of his own fame, which somehow prevented him to admit he had erred. He is the victim of his friends or of those who pass as his friends, who built around him a wall to protect him against the truth.

Karsenty then explains how he gradually got involved in the ever-changing controversy, both through personal research and professional investigation undertaken within his agency’s activities.

Karsenty starts his presentation by quoting “La Charte des Antennes de France Television” [2], the ethical and deontological charter of France Televisions.

He then displays samples from France 2 news programs devoted to the Al-Dura case and its legal developments as evidence that the channel did not just report facts or events, but actually distorted them in its own interest.

Moreover, he mentions that Senator Jean-Pierre Plancade, the deputy chairman of the French Senate’s commission on Culture, Education and Communication, quoted another deontological code — the “Charte du Groupe Audiovisuel Public (Charter for Public Broadcasting)” — on July 12, 2010, in a question to Remy Pfimlin, then a candidate to France Televisions’ chairmanship.

As he did in the 2008 hearings, Karsenty displays evidence that on October 1, 2000, France 2 broadcast as a factual report complete with comments by Enderlin a mere staging by Gaza militants. The respondent party looks embarrassed.

Karsenty then displays more samples to establish that anonymous Palestinians were staging various war sketches at Netzarim crossing on September 30, 2000, the very day of Mohamed Al-Dura’s alleged killing, and shows how these playlets were staged in order to pass as real incidents and as evidence of tension on the ground. He lists the famous Al-Dura report’s many contradictions.
He insists on the unlikelihood of many parts of the report: no blood on the sidewalk, the walls, or the alleged victims’ clothes, almost no bullet impacts on the wall after what was a supposedly 45-minute shooting, and so on.

He stresses that there are many contradictions between Enderlin’s and Abu Rahma’s narratives on the Netzarim shooting. Regarding the Palestinian cameraman, Karsenty reminds the Court that he said on April 2, 2001, in an interview with Le Matin du Sahara, that “he made a decision to become a journalist in order to uphold the Palestinian cause.”

All in all, Karsenty speaks for about an hour and one half (with one interruption by Enderlin on a factual point). To conclude, he quotes one of the two texts for which he is being sued: “Charles Enderlin erred and by his very erring led us into error.”Enderlin did not express any dissent with what amounted to a lecture on controversial images. The only time he attempted to correct Karsenty, he withdrew on face of evidence. When Karsenty quoted Abu Rahma as saying: “The Israelis kept shooting the child for 45 minutes,” Enderlin shook his head, and claimed “that was not true.” “Let’s look again”, Karsenty replied. Indeed, the France 2 cameraman was heard saying it, several times: “The Israeli soldiers targeted the child for 45 minutes.”It is now the plaintiff’s turn. Enderlin stresses that he is a good Israeli citizen, that he served in the Israeli Army and that his children served in the Army also. In other terms, there are no reasons why he would harm his country.

He then quickly conjures up the tensions stirred in September 2000 by Ariel Sharon’s visit to what he terms “the Mosques Esplanade“ (the Temple Mount, according to Jews and Christians). True, he was in Ramallah (on the West Bank) on September 30, and not in the Gaza Strip. On the other hand, he knew the place very well and trusted Talal Abu Rahma, who at the very moment he was filming the controversial scene called him on the phone and told him in a tragic tone that he was “filming a child’s death.” Charles Enderlin does not make clear how the cameraman would know, in a premonitory manner, that the child would die, and not the father, especially since the child did not appear to be wounded.

Did Enderlin ever entertain doubts about the cameraman? He says that he consulted the Shin Bet (Israel’s home security service) about Talal Abu Rahma, “who constantly goes out of Gaza.” He admits that Abu Rahma does not hold a press card anymore.

Enderlin admits that he made a mistake when he mentioned to Telerama (a magazine dealing with TV programs and cultural issues) that he edited out images showing “Mohamed al-Dura’s agony.” “Agony” (“agonie” in French, which means both “dying“ and “unbearable suffering”) was not the proper word to be used, even if the Littré dictionary (the French language’s most respected, but somewhat outdated dictionary) could be quoted to the contrary.

Enderlin and France Televisions then use DVDs to make their point. They intend to show again the Al-Dura report and other films they already submitted in the 2008 hearings. Unbelievably, technical difficulties arise. Karsenty obligingly lends his own loudspeakers to allow for a proper sound level.

Some scenes had already been dissected by Karsenty, and had raised the audience’s hilarity.

As for the picture of a Palestinian child brought to the morgue on September 30, held by the plaintiffs as being Mohamed Al-Dura’s, Karsenty establishes on sheer chronological grounds that it must be another child.

Three witnesses speak on behalf of the appellant.

Esther Schapira, a frequently awarded German journalist and filmmaker, explains that she devoted a first documentary movie to the Al-Dura case in 2002: Three Bullets and a Dead Child. She says she made sure to listen to both parties, and did not question then the images’ authenticity, even if she suspected the boy to have been killed by Palestinian gunmen rather than by Israeli soldiers.
However, she adds that she was dismayed — since France 2 and ARD, the German TV channel she was working for, were partners in the same European media network and usually cooperated in such matters — that Charles Enderlin declined to show her the France 2 report rushes. Even more shockingly, she was not just deprived of any help in her investigation but was actually threatened.
Schapira says also that Karsenty visited her in Frankfurt in 2002, after her documentary was broadcast by ARD, and he viewed her rushes at length. This is an important statement as far as the appellant is concerned, since it confirms that he was already engaged in a serious investigation and already fully cognizant of the inconsistencies and contradictions of the France 2 report. The appellant’s lawyers will refer to it later on.
After she finally viewed the France 2 rushes during the 2007 hearings in Paris, Schapira completed a second movie: The Child, the Death and the Truth. She insists that Enderlin made two grave errors about her in his book Un Enfant est mort (A Child Died): contrary to what he said, she visited the Gaza Strip; and her movies were sold out of Germany, the first one to nine different countries and the second one to five countries.

Dr. Patrick Bloch, war surgeon and medical expert, makes clear that children hit by bullets “don’t move, as a result of a specific traumatic shock, but stay in a state of sideration,” contrary to the allegedly wounded child shown in the France 2 report who does move. Moreover, bullets usually go through a human body and “always create a second visible wound as they go out,“ except when lodged in the head and the thorax, where they may remain. Also, the damage created by high-velocity bullets, either in terms of flesh or blood projection, is always significant, whereas no such necessary outcome of a shooting is to be seen in the report. If the femoral artery is hit — something that happened to the father, according to his own words — “blood runs out at a 300 to 600 milliliters per minute speed, which means that the wounded person is completely emptied of his or her blood in 10 minutes.” The father, Jamal al-Dura, is supposed to have been rescued by an ambulance after 20 minutes of bleeding.

The terse and sharp-minded public prosecutor Jean-François Cormaille de Valbray asks Dr. Bloch about a reddish spot he says he has noticed on Jamal al-Dura’s abdomen. The expert looks carefully at the spot. After some reflection on the matter, Dr. Bloch concludes that while it is likely to be just a color spot that popped up through image processing, it could be a blood stain as well.

Jean-Claude Schlinger, aballistic expert to the Court of Appeals of Paris, was consulted in 2008 at Karsenty’s request, and built up his opinion on boththe report and additional evidence. From the “eight bullet impacts” that can be seen behind the Al-Dura persons, he concludes that the shootings cannot have originated from the Israeli position. From a 30° shooting angle, the impacts would have been oval-shaped rather than round — and a 45-minute non-stop shooting is totally unbelievable. Schlinger goes so far as to admit that the whole thing “may have been staged.” Cormaille de Valbray asks: “How can one say that the people who hit the Al-Duras were not snipers, who shot bit by bit?“

Schlinger’s reply is even terser: “Because the cameraman said otherwise”.
The actual pleading starts in the afternoon. Under French law [3], the defendant in a defamation case is released if he can prove that his assertions are true, or that he acted in good faith. And good faith, in turn, needs four conditions under French case law to be established: a serious preliminary investigation; a legitimate aim; caution in the wording; and the absence of personal enmity. More often than not, release is granted under an assumption of good faith.

Maître Bénédicte Amblard, counsel for France Televisions and Charles Enderlin, faintly denounces “a media destruction undertaking,” labors to establish that defamation is “well-established,” argues that Karsenty has no access in 2004 to any information that would substantiate his statements, and requests him to be found guilty and “legally publicized as such … in order to turn the page.” She says that a book and a movie will be available shortly.

Prosecutor Jean-Francois Cormaille de Valbray reminds the Court that it does not rule on “historic truth” in “a difficult, sensitive debate,” but rather on “the defamatory character of the incriminated remarks.” He leaves it to the Court to decide, just as he did previously in Jamal al-Dura’s suit against Dr. Yehuda David, an Israeli witness, and Clément Weill-Raynal, a French journalist.

Maître Delphine Meillet and Maître Patrick Maisonneuve, Karsenty’s counsels, claim on behalf of him “a strategy” of deliberate, yet legitimate, “provocation.” According to them, it was the only way to crush the media silencing of any questioning about the reality of the France 2 report’s allegations[4]. They mention case law precedents allowing “for the sake of the public interest” either “immoderate remarks” or “an amount of exaggeration, or even of provocation” in remarks (in particular a Court of Annulments decision from February 3, 2011).

To keep it short, Philippe Karsenty “conveniently broke the law in the interest of our democracy.” What he did can be described as “defamation without personal enmity, with a legitimate object, in good faith, substantiated by a serious and protracted investigation drawing from different sources.”

There is a light moment as Maître Delphine Meillet sarcastically quotes some certificates put forward by the respondent party in order to validate previous certificates delivered by Palestinian cameramen[5].

The Court will deliver its judgment on April 3, 2013.
An incident occurs right after the hearings, as people are leaving the courtroom. It does not involve the parties. In an adjacent hall, Charles Enderlin calls Esther Schapira “a militant journalist“ in English. He wonders why she interviewed only three of the twenty Israeli soldiers or so that were on duty at Netzarim on September 30.
I reply: “Why did you not tell it to the Court?”
Enderlin shrugs. I insist: “You should have told it to your counsel, who in turn would have asked the Court.”
Finally, as I advance the view that “Talal Abu Rahma is a militant cameraman,” he goes away, in the custody of three people. One whispers to him: “They are filming you … “.
Esther Schapira will tell me later that she interviewed only the three Israeli soldiers who were standing in front of the Al-Duras. The other soldiers could not possibly have watched the scene from where they stood.
French-style journalism vs. Western-style journalism, opacity vs. transparency, blind faith vs. methodical doubt. There is a striking contrast between the two journalists.

There were some changes since 2000 in the stances of both France 2 and Talal Abu Rahma.

Thus, Arlette Chabot, the then director of news at France 2, said on November 16, 2004: “One will never know where the shootings came from. Was it from the Israeli or the Palestinian position?”

Nevertheless, and in spite of many revelations about other Mideast fabrications, Charles Enderlin unconvincingly sticks to his 2000 comments.
Charles Enderlin claims he knows the place well. Still, being asked by Richard Landes about the Israeli position, he did not locate it accurately on a map.

Moreover, he has resorted to puzzling details. During the present hearing, he said that the ambulance man attempted in vain to resuscitate Mohamed Al-Dura. Quite a new fact, it seems. How do we reconcile it with the France 2 report as it has been released, according to which the ambulance arrives after the child has been declared dead by the commentator? Was the ambulance man a doctor as well? Why did he engage into a resuscitation attempt? Everything is clouded in mystery. All the more so since Mohamed al-Dura must have been emptied of his blood in the course of an alleged 45-minute shooting.
Even if no blood is to be seen on the film.

Strangely enough, almost no French media saw to it to publish or quote the AFP dispatch about the January 16 hearing. Except Rue89, which published a rather partial piece.
On January 21, Charles Enderlin posted a factual account of the hearing, written at the third singular person, on his blog. He did not answer the questions raised by his report.
On February 11 and 12, 2013, Enderlin posted two articles: Esther Schapira and Esther in Gaza. He criticized Esther Schapira’s work.

On February 22, 2013, Esther Schapira posted her Open Letter to Charles Enderlin.
————————–
[1] Emilie Raffoul signed the Pour Charles Enderlin pétition (siding with Enderlin). Along with Stéphane Harment, she authored a TV report mentioning the Al-Dura controvesy that was broadcast on April 24, 2008 by Jeudi Investigation, a program on the French privately owned TV channel Canal+. Jeudi Investigation and Tac Presse were found guilty of defamation against Philippe Karsenty by the Court of Paris on June 10, 2010. The judgement was upheld by the Court of Appeals of Paris on January 5, 2012.
[2]http://www.francetelevisions.fr/downloads/charte_des_antennes_web.pdf. See page 50.
[3] According to the French Freedom of Press Act, passed on July 29, 1881.
[4] France 2 is one of France Televisions several TV channels.
[5] France 2 broadcast in 2002 one of Pallywood’s most egregious flops: a scene where the corpse of the alleged victim of an Israeli shooting rises from a stretcher and runs.

Veronique Chemla is an investigative journalist based in Paris. She also contributes to FrontPage Magazine and American Thinker, and posts at The Veronique Chemla Report.

lawhammer

Par solidarité avec Charles Enderlin le Syndicat national des journalistes s’égare

Published with permission of the author, Victor Perez: http://victor-perez.blogspot.co.il/2013/01/par-solidarite-avec-charles-enderlin-le.html

Philippe Karsenty a été rejugé le 16 janvier dernier suite à la décision de la Cour de Cassation de février 2012 de défaire le verdict de la Cour d’Appel prononcé en sa faveur le 21 mai 2008. En vu de ce nouveau procès, le Syndicat national des journalistes (SNJ) a décidé d’appeler à manifester par Solidarité avec Charles Enderlin (1). Outre que voir des journalistes manifester pour tenter d’influencer le cours de la Justice lire cet appel est plus que sidérant !

Si d’emblée le SNJ disculpe, sans aucune démonstration, l’envoyé permanent de France 2 à Jérusalem « injustement accusé, poursuivi et harcelé pour son reportage sur la mort de Mohammed Al Dura, un jeune Palestinien de 12 ans, tué à Gaza le 30 septembre 2000 », il omettra toutefois de rappeler la nationalité de ses assassins !? Que n’a-t-il interrogé auparavant son champion ? Il aurait appris que ‘’seuls les israéliens’’ en sont, à ce jour, accusés par celui-ci ! Si Arlette Chabot, alors Directrice de la rédaction de France 2, avait quelque peu laissé entendre la responsabilité ‘’palestinienne’’, ce ne fut jamais le cas de Charles Enderlin.

Le SNJ n’est donc pas totalement solidaire de la version de son protégé !

Autre incohérence de la part de ce syndicat censé pourtant agir selon la déontologie professionnelle. Celui-ci qualifie, d’entrée de jeu, les détracteurs d’Enderlin d’individus « acharnés » qui « ont tenté de le discréditer, le salir, le faire condamner ». Une plainte a-t-elle été déposée contre celui-ci ? Quand ? Où ? Par qui ?

Est-ce une information ou le SNJ est-il très mal instruit de l’affaire ?

Le risible est atteint lorsqu’il est écrit que « Son reportage, qui a fait le tour du monde et sert toujours de référence, est cependant encore l’objet d’attaques en justice ». L’inversion de la réalité est ici totale ! Jusqu’à preuve du contraire, c’est bien Philippe Karsenty qui est « encore l’objet d’attaques en justice ».

Devant cette énormité, faut-il s’étonner alors du silence de ce syndicat, premier de la profession, sur l’attitude des « plus de 150 délégués de toutes formes de presse qui ont signé la pétition : “Charles Enderlin, l’honneur d’une rédaction” » en 2007 mais qui n’ont jamais dispensé jusqu’à ce jour, aux différents lectorats, la version de Philippe Karsenty ? Celle-ci restera inconnue du grand public, y compris celui de France 2 quand bien même la Cour d’Appel avait prononcé en mai 2008 la relaxe !

Qui a parlé d’éthique dans ce milieu ?

Pour conclure son invitation à manifester, le syndicat affirme que « Nous avons donc la possibilité de témoigner de notre solidarité avec notre confrère et de notre exigence pour une information de qualité, dont il est un des symboles ». Le ridicule est ici atteint !

Au vu de ce qui précède, seuls ceux qui sont convaincus de l’honnêteté intellectuelle de ce syndicat s’y inscriront aujourd’hui ! Les autres attendront patiemment le 03 avril prochain pour connaître son attitude. Quelle sera-t-elle alors si, comme la précédente Cour d’Appel, son « symbole » voit de nouveau « l’acharné » Philippe Karsenty être relaxé ? Sera-t-elle cette fois-ci de qualité car autorisant la diffusion du verdict ou une nouvelle fois médiocre car muette et complice d’une désinformation ?

Que ceux qui rêvent d’une information digne de ce nom se réveillent !

Victor PEREZ ©

Liens :

(1) : http://www.snj.fr/spip.php?article4601

bbc

Another lethal narrative on the BBC website

The mainstream media – of which the BBC is part – claims to deal in news rather than fiction or folk-lore. News is based upon what happened in reality and is necessarily supported by factual evidence, with the provision of that evidence being the responsibility of those who circulate the story. One of the issues facing media outlets in the digital age is speed: the competition with their peers to get a story out fast and first. That priority means that increasingly we see the supporting factual evidence behind a story being neglected, to the extent that – as the BBC now knows only too well – wholly or partly unproven stories are sometimes knowingly run. An unproven story not based entirely upon verifiable evidence becomes fiction which often makes up part of a narrative. Add to that the strand of Western culture according to which all narratives are equal and facts are often an optional extra because cultural and moral relativism mean that objective judgements of fact and fiction, truth and untruth, right and wrong, cannot be made – and we are left with a situation in which news stories often play more to the audience’s emotional reaction than concentrating on communicating a concrete message of information…

Read More
lawhammer

Enderlin vs. Karsenty: Avis du Parquet General de la Cour de Cassation (REJET) 3.1.12

Avis-AG-Q0883926
Cour de Cassation
Chambre criminelle ( 1ère section)
Parquet général No/ Pourvoi : Q 08-83.926
Demandeur : Charles ENDERLIN et la sté FRANCE 2
Décisions attaquées : Arrêts rendus les 3 octobre 2007 et 21/05/2008 par la Cour
d’appel de Paris – 11ème chambre correctionnelle
Conseiller rapporteur : M. Beauvais
Avocat général : Jean Berkani
Audience du : 3 janvier 2012
AVIS de L’AVOCAT GÉNÉRAL
(REJET)
I.- EXPOSE des FAITS et de la PROCÉDURE
Charles ENDERLIN et la société FRANCE 2 ont formé deux pourvois en cassation :

– le premier contre l’arrêt de la cour d’appel de Paris, 11ème chambre, en date du 3 octobre 2007, qui, dans la procédure suivie, sur leur plainte, contre Philippe Karsenty, du chef de diffamation publique, a ordonné un supplément d’information ;
– le second contre l’arrêt de la Cour d’appel de Paris – 11ème chambre correctionnelle rendu le 21/05/2008, qui les a déboutés de leurs demandes après relaxe de Philippe Karsenty du chef de diffamation publique.

II.- DISCUSSION

Le mémoire ampliatif régulièrement produit au soutien des pourvois soulève sept moyens de cassation :

1 – pris de la violation des articles 6 et 10 de la convention européenne des droits de l’homme, 29 alinéa 1, 35 et 55 de la loi du 29 juillet 1881, 591 et 593 du code de procédure pénale, défaut de motifs, manque de base légale, excès de pouvoir, – il fait grief à l’arrêt du 3 octobre 2007, d’avoir a ordonné, avant-dire droit, un supplément d’information afin que la société FRANCE 2 transmette à la cour d’appel les «rushes» pris le 30 septembre 2000 par son cameraman Talal ABU RAMAH, alors que tant la preuve de la bonne foi que celle de la vérité du fait diffamatoire incombant au seul prévenu selon les modalités prévues par la loi du 29 juillet 1881, la cour d’appel neAvis-AG-Q0883926 pouvait, sans excéder ses pouvoirs, au seul vu des conclusions d’incident en désignation d’expert déposées par le prévenu (se fondant sur une interview de Monsieur JEANBAR et LECONTE postérieure à la parution des écrits incriminés et soutenant que le journaliste Monsieur ENDERLIN avait menti en prétendant que les rushes de la cassette présenteraient l’agonie du jeune Mohamed AL DURA et que la quasi-totalité de la cassette était constituée de scènes de jeunes palestiniens «jouant la guerre» – comme prétendu dans les écrits incriminés –), conclusions auxquelles s’opposaient, également par conclusions, les parties civiles, ordonner d’office un supplément d’information afin que FRANCE 2 communique les «rushes» de la journée du 30 septembre 2000 pris dans la bande de Gaza par son cameraman ;

2 – pris de la violation des articles 6 et 10 de la convention européenne des droits de l’homme, 29 alinéa 1er et 32 alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881, 591 et 593 du code de procédure pénale, défaut de motifs, manque de base légale, excès de pouvoir, il fait grief à l’arrêt du 21 mai 2008, d’avoir accueilli l’exception de bonne foi invoquée par Monsieur KARSENTY et d’avoir relaxé celui-ci des fins de la poursuite,

– alors que la cassation de l’arrêt du 3 octobre 2007 entraînera par voie de conséquence celle de l’arrêt du 21 mai 2008 (première branche),

– et alors que la charge de la preuve de la bonne foi incombe au seul prévenu et qu’en prenant en considération, fût-ce partiellement, pour l’appréciation de la bonne foi du prévenu le visionnage des rushes de Talal ABU RAMAH communiqués par FRANCE2 sur ordre de la cour d’appel statuant avant-dire droit, l’arrêt attaqué a méconnu les dispositions et le principe susvisés (seconde branche) ;

3 – pris de la violation des articles 6 et 10 de la convention européenne des droits de l’homme, 29 alinéa 1er, 32 alinéa 1er et 35 de la loi du 29 juillet 1881, 591 et 593 du code de procédure pénale, défaut de motifs, manque de base légale, il fait grief à l’arrêt d’avoir relaxé Monsieur KARSENTY des fins de la poursuite du chef de diffamation envers des particuliers, alors qu’en matière de diffamation, la preuve de la vérité du fait diffamatoire et la preuve de la bonne foi constituent deux questions distinctes et que les motifs de l’arrêt, d’où il se déduit que les juges d’appel ont accueilli l’exception de bonne foi invoquée par le prévenu en se référant à l’idée que celui-ci rapportait la preuve indirecte notamment par l’ouvrage de Gérard HUBER, les avis des professionnels entendus au cours de la procédure et les déclarations de Monsieur ENDERLIN reproduites dans l’article du Figaro du 27 janvier 2005, que la version des écrits incriminés selon laquelle le reportage de Monsieur ENDERLIN présenté le 30 septembre 2000 sur Antenne 2 serait faux et procèderait d’une mise en scène, était vraie ne peuvent qu’être censurés comme méconnaissant ce principe ;

4 – pris de la violation des articles 6 et 10 de la convention européenne des droits de l’homme, 29 de la loi du 29 juillet 1881, 591 et 593 du code de procédure pénale, défaut de motifs, manque de base légale, il fait grief à l’arrêt d’avoir accueilli l’exception de bonne foi invoquée par le
prévenu et de l’avoir relaxé des fins de la poursuites,
– alors que la bonne foi d’un prévenu ne peut être déduite de faits postérieurs à la diffusion des propos litigieux ; qu’en retenant pour relaxer le prévenu, des faits postérieurs à la diffusion des propos litigieux et notamment l’examen des «rushes», la cour d’appel a méconnu les textes susvisés (première branche),Avis-AG-Q0883926
– alors que la bonne foi du prévenu ne peut être déduite de faits postérieurs à la diffusion des propos litigieux ; que pour relaxer le prévenu au bénéfice de la bonne foi, l’arrêt attaqué a notamment pris en compte, au titre du sérieux de l’enquête, les opinions de Daniel LECOMTE et Denis JEANBAR issues d’un point de vue donné au Figaro du 25 janvier 2005 et d’une interview diffusée le 1er février 2005 sur l’antenne de RCJ ainsi qu’un prétendu aveu partiel du journaliste Charles ENDERLIN exprimé dans le Figaro du 25 janvier 2005 et qu’en se fondant ainsi sur des éléments postérieurs à la diffusion des écrits incriminés, la cour d’appel a méconnu le principe et les textes susvisés (deuxième branche),
– et alors que l’avis des professionnels entendus au cours de la procédure ou ayant versé leurs contributions aux débats relativement à la prétendue existence d’une mise en scène de la mort de l’enfant par le journaliste de FRANCE 2 ne saurait, comme l’a estimé à tort la cour d’appel, établir la preuve de la réalisation d’une enquête sérieuse, laquelle doit être préalable à la diffusion des écrits incriminés (troisième branche) ;

5 – pris de la violation des articles 6, 8 et 10 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, 29 alinéa 1er et 32 alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881, 591 et 593 du code de procédure pénale, défaut et contradiction de motifs, manque de base légale,
il fait grief à l’arrêt d’avoir accueilli l’exception de bonne foi du prévenu et de l’avoir relaxé des fins de la poursuite du chef de diffamation publique envers particuliers,
– alors qu’il résulte de l’article 10 de la convention européenne des droits de l’homme que pour évaluer la justification d’une déclaration contestée, il y a lieu de distinguer entre « déclarations factuelles » et « jugements de valeur » ; que se référant implicitement à cette distinction, la cour d’appel a énoncé que les propos incriminés sont «souvent proches du jugement de valeur» et en déduit que – dans ces conditions – les éléments de l’enquête constituent «une base factuelle suffisante» ; que cependant la Cour de cassation est en mesure de s’assurer que cette appréciation contredit tant les propres constatations de l’arrêt attaqué que le contenu des écrits incriminés puisque ces écrits imputent au journaliste Charles ENDERLIN et à FRANCE 2 d’avoir diffusé un faux reportage comportant des images qui ne révèlent pas la réalité en représentant la «fausse mort» d’un enfant palestinien, déclaration factuelle s’il en est, dont Monsieur KARSENTY a échoué à établir la vérité (première branche),
– alors qu’il incombait avec d’autant plus de rigueur au prévenu de vérifier les déclarations factuelles diffamatoires dirigées contre Monsieur ENDERLIN et la société FRANCE 2 que celles-ci revêtaient un caractère d’exceptionnelle gravité et qu’elles émanaient d’une personne qui se prétendait au-dessus des médias et faisait profession de les juger et que, contrairement à ce qu’a pu conclure la cour d’appel, après s’être référée à la considération inexacte que les propos incriminés seraient « proches d’un jugement de valeur », il résulte des propres constatations de l’arrêt attaqué que Monsieur
KARSENTY, loin de pouvoir exciper, au titre de l’enquête, « d’une base factuelle suffisante » l’autorisant à affirmer dans les écrits incriminés que le journaliste avait volontairement travesti la vérité, se trouvait, à l’époque de la diffusion des propos incriminés, en présence de deux thèses inconciliables, celle d’Esther SHAPIRA, diffusée par la chaîne de télévision ARD en mars 2004, et celle de la « MENA », l’autorisant seulement à « interroger » le reportage de FRANCE 2 et non à porter des accusations particulièrement graves contre son journaliste (deuxième branche),
– alors que les témoignages les plus favorables au prévenu cités par l’arrêt (ceux de Monsieur Luc ROSENZWEIG et Richard LANDES), mettent en évidence que leAvis-AG-Q0883926 prévenu, à la date où il a diffusé les propos incriminés, n’avait pas procédé aux vérifications minimales l’autorisant à présenter comme certains, non seulement le fait que le journaliste Monsieur ENDERLIN avait, le 30 septembre 2000, diffusé des faits inexacts, mais que cette inexactitude était volontaire et procédait d’une «supercherie» ou d’une «falsification» (troisième branche),

– et alors qu’une « agence de notation des médias » ne saurait attaquer de la manière la plus brutale qui soit un journaliste en ayant limité son enquête à une seule source sans avoir vérifié la qualité de cette source ; que dans leurs conclusions régulièrement déposées devant la cour d’appel, les parties civiles déclaraient s’approprier l’analyse des premiers juges soulignant qu’avant de reprendre à son compte la thèse de la MENA (agence de presse israélienne METULA NEWS AGENCY) défendue par Gérard HUBER, Monsieur KARSENTY devait prêter attention au crédit qui lui était généralement accordé (lequel était faible) et qu’en affirmant que les éléments del’enquête essentiellement fondés sur la «thèse de la MENA» constituaient une base
factuelle suffisante pour admettre les propos litigieux sans s’expliquer sur ce chef péremptoire de conclusions, la cour d’appel a privé sa décision de base légale (quatrième branche) ;

6 – pris de la violation des articles 6, 8 et 10 de la convention européenne des droits de l’homme, 29 alinéa 1er et 32 alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881, 591 et 593
du code de procédure pénale, défaut et contradiction de motifs, manque de base légale, il fait grief à l’arrêt d’avoir accueilli l’exception de bonne foi de Monsieur KARSENTY et de l’avoir relaxé des fins de la poursuite du chef de diffamation publique envers particuliers,
– alors que la prudence dans l’expression de la pensée est un élément essentiel de la bonne foi qui ne reçoit exception que dans le cas où les propos incriminés concernent la critique des institutions fondamentales de l’Etat et que les propos violents, brutaux, véhéments, rapportés par l’arrêt attaqué tenus à l’encontre d’un journaliste et d’une chaîne de télévision ne sauraient être tenus pour prudents (première branche),
– alors que si les limites de la critique admissible sont plus larges à l’égard d’un journaliste que d’un simple particulier, une agence qui, prétendant se placer au-dessus des médias s’arroge, comme en l’espèce, le droit de juger sans appel un journaliste, est tenue de conserver un minimum de modération et de bienséance, la réputation d’un journaliste, fût-il controversé, devant bénéficier de la protection garantie tant par la loi sur la liberté de la presse que par la convention européenne des droits de l’homme et que la véhémence des propos tenus est exclusive de toute bonne foi (deuxième branche),
– alors que la Cour de cassation est en mesure de s’assurer, par l’examen des écrits incriminés, que leur auteur impute au journaliste et reporter Monsieur ENDERLIN non seulement une faute déontologique excessivement grave mais aussi le délit de fausses nouvelles prévu et réprimé par l’article 27 de la loi du 29 juillet 1881 puisqu’il l’accuse en termes violents d’avoir diffusé publiquement un faux reportage mettant en scène la «fausse mort d’un enfant palestinien», d’avoir, ce faisant, été à l’origine de nombreuses violences et ce, avec intention coupable ; que l’arrêt attaqué constate cependant que l’auteur de cette accusation gravissime n’a pas été en mesure de rapporter la preuve du caractère vrai de celle-ci et que l’affirmation péremptoire sans preuve, de la culpabilité d’un journaliste pour le délit susvisé par une prétendue agence de notation des médias, affirmation qui méconnaît la présomption d’innocence, est exclusive de toute prudence dans l’expression de la pensée (troisième branche),Avis-AG-Q0883926
– alors que la polémique cesse là où commencent les attaques personnelles et que la Cour de cassation est en mesure de s’assurer que l’ensemble des propos violents tenus dans les écrits incriminés constitue autant d’attaques personnelles contre le journaliste dont la démission est expressément demandée par l’auteur des propos incriminés (quatrième branche),
– et alors que les juges ne sauraient légalement s’en remettre à un témoin, si respectable soit-il, du soin de juger et qu’en fondant, au moins partiellement leur conviction, sur l’opinion de Francis BALLE, sous prétexte que celui-ci est «professeur à l’université de Paris 2 et spécialiste de l’image et de l’information» pour décider que le prévenu avait fait preuve de prudence dans l’expression de la pensée, les juges ont méconnu leurs obligations (cinquième branche) ;
7 – pris de la violation des articles 6, 8 et 10 de la convention européenne des droits de l’homme, 29 alinéa 1er et 32 alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881, 591 et 593 du code de procédure pénale, défaut et contradiction de motifs, manque de base légale, il fait grief à l’arrêt d’avoir accueilli l’exception de bonne foi invoquée par Monsieur KARSENTY et de l’avoir relaxé des fins de la poursuite du chef de diffamation publique envers particuliers,
– alors que la charge de la bonne foi incombant au seul prévenu, la cour d’appel ne pouvait, sans renverser la charge de la preuve, faire état de ce que les parties civiles n’établissaient pas, par les deux attestations qu’elles versaient aux débats, l’animosité du prévenu à leur égard (première branche),
– et alors que la cour d’appel ne pouvait sans contredire le sens et la portée des écrits incriminés qui, en termes exceptionnellement violents, énonçaient la «supercherie» et «l’imposture» du journaliste et demandaient sa démission immédiate sans avoir été en mesure de rapporter la preuve des fautes graves qu’ils lui imputaient, admettre que les propos incriminés étaient exempts d’animosité, celle-ci étant patente (seconde branche).

Sur la jonction des procédures:

Les deux pourvois ayant été régulièrement formés sont recevables ; l’intérêt d’une bonne administration de la justice commande d’en ordonner la jonction en raison du lien de connexité existant entre eux.

Sur la réalité du caractère diffamatoire des propos tenus par le prévenu

Les énonciations de l’arrêt établissent clairement que les propos tenus par le Philippe KARSENTY ont un caractère diffamatoire :

“Considérant que, le 26 novembre 2004, MEDIA-RATINGS diffuse à l’ensemble des personnes inscrites sur sa liste, dont FRANCE 2, le communiqué d e presse électronique, dont les passages poursuivis sont les suivants :

“Au regard des éléments dont nous disposons, nous affirmons que le correspondant de FRANCE 2 à Jérusalem, Charles ENDERLIN, a effectivement diffusé un faux reportage ce 30 septembre 2000 .Avis-AG-Q0883926

“Nous vous invitons à découvrir les incohérences du document de FRANCE 2 sur Media-Ratings, ainsi que les réactions de certains médias à cette imposture.

“Arlette Chabot a menacé de porter plainte contre toute personne qui accuserait FRANCE 2 d’avoir diffusé un faux ce 30 septembre 2000 [. . .]

“Nous espérons que le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel exigera la démission immédiate de ceux qui se sont livrés à cette supercherie” [. . .]

“Espérons que les médias français informeront rapidement leurs lecteurs, auditeurs et téléspectateurs de 1 ‘imposture médiatique à laquelle s ‘est livrée FRANCE 2 depuis plus de quatre ans [ . .]

Considérant qu’il ressort de l’ensemble de ces propos que Philippe KARSENTY, directeur de l’agence de notation MEDIA-RATINGS, qu’il a lui-même créée pour évaluer la fiabilité des informations diffusées dans la presse, met en cause le travail de FRANCE 2 et de son correspondant à Jérusalem à l’aide des critères méthodologiques d’analyse des médias qu’il a dégagés ;

Qu’ainsi, dans son article daté du 22 novembre 2004, Philippe KARSENTY qualifie le reportage de Charles ENDERLIN de mascarade déshonorante pour la télévision publique et de supercherie à l’origine de nombreuses violences à travers le monde, en rappelant les termes de la polémique qu’il a suscitée depuis plusieurs années entre FRANCE 2 et l’agence de presse israélienne MENA (“Metula News Agency”), qui accuse la chaîne française d’avoir diffusé un faux ;

Qu’au regard des éléments dont il dispose alors, le prévenu affirme que le correspondant de Paris à Jérusalem a commis un faux reportage, qu’il démonte en faisant porter sa critique sur deux plans successifs : d’une part, les cinquante premières minutes du reportage consistant en une série de scènes jouées sont une pure fiction, d’autre part, la scène principale, d’une durée de quelques minutes seulement, comporte des incohérences au regard du commentaire de FRANCE 2 ;

Qu’il s’interroge dès lors sur les raisons pour Charles ENDERLIN qui, sur ce point, “se trompe et, du même coup, nous trompe”, de chercher “à couvrir son imposture” ;

Que l’auteur poursuivi impute, dans son communiqué du 26 novembre 2004, à Charles ENDERLIN d’avoir diffusé un faux reportage en commentant un document incohérent remis par son cameraman, et à la chaîne publique d’avoir commis une imposture médiatique en le faisant diffuser le 30 septembre 2000 ;

Considérant, sur le caractère diffamatoire des imputations, que le tribunal a justement retenu que le fait de tromper sciemment le public en diffusant et/ou en faisant diffuser un faux reportage comportant des images qui ne reflètent pas la réalité, en représentant une “fausse mort”, même si l’auteur a pris le soin d’accompagner son accusation d’un certain nombre d’explications, porte incontestablement atteinte à l’honneur et à la réputation de professionnels de l’information, et ce d’autant plus que le fait diffamatoire est appuyé par l’emploi de termes tels que “mascarade”, “imposture”, “supercherie” pour qualifier l’attitude de FRANCE 2 et “scènes jouées”, “pure fiction” pour qualifier le premier épisode du reportage ;

Considérant, sur les éléments de preuve signifiés au titre de la vérité des fait s diffamatoires, que l’appelant a versé quatorze pièces et demandé l’audition de trois témoins susceptibles, selon lui, de prouver que FRANCE 2 a porté à l’écran un montage douteux, largement contesté à la date de la diffusion des propos incriminés , ce qui lui permettait de conclure à une manipulation du reportage sur les conditions du tournage et sur la réalité des scènes filmées par son cameraman, en particulier sur la mort du petit Mohamed AL DURA ;Avis-AG-Q0883926

Mais considérant qu’ainsi que l’ont rappelé les premiers juges, pour produire l’effet absolutoire prévu par l’article 35 de la loi du 29 juillet 1881, la preuve de la vérité des faits diffamatoires doit être parfaite, complète et corrélative aux imputations diffamatoires dans leur matérialité et toute leur portée ;

Qu’en faisant valoir que ses offres de preuve établiraient “un montage douteux, largement contesté à la date de la diffusion des propos incriminés”, le prévenu ne peut prétendre démontrer le fait d’avoir sciemment diffusé un “faux reportage”, tant il est vrai que la première imputation ne constitue au mieux qu’un diminutif de l’imputation poursuivie ;

Qu’il y a lieu, dès lors, de rejeter l’exception de vérité soulevée par le prévenu”. Il résulte de ces énonciations que le débat est donc limité à l’appréciation de la bonne foi du prévenu, et des conditions procédurales dans lesquelles la cour d’appel a, en infirmant le jugement de culpabilité prononcé par les premiers juges, retenu l’exception de bonne foi soulevée par Philippe KARSENTY.

Sur les premier et deuxième moyens réunis :

Il résulte d’une jurisprudence établie que la présomption de mauvaise foi qui s’attache de plein droit aux imputations diffamatoires peut être combattue par des faits justificatifs dont il appartient au prévenu d’administrer la preuve (crim. 9 juillet 1970, no 68-93.459 ; 2 décembre 1980, no 79-92.374 ; 26 novembre 1991).

Votre chambre a, dans un arrêt no 85-94.458 du 8 juillet 1986, expressément rappelé en ce domaine les limites s’imposant au juge, en énonçant que “les imputations diffamatoires impliquent l’intention de nuire à la personne qu’elles atteignent dans son honneur ou sa considération ; que cette intention n’est susceptible de disparaître que si l’auteur de l’écrit diffamatoire à qui seul en incombe la charge, parvient à prouver l’existence de faits justificatifs de nature à faire admettre sa bonne foi ; que dès lors les juges n’ont pas à se substituer à lui pour rechercher si la personne visée a été atteinte par erreur laquelle à elle seule serait exclusive de toute bonne foi”.

On notera cependant que dans un arrêt du 6 mai 2008, également cité par le Conseiller rapporteur, votre chambre a jugé que “si les cours et tribunaux ne sauraient pallier les carences des parties dans l’administration de la preuve, il n’en demeure pas moins qu’il apparaît possible de produire des documents qui ne peuvent être versés par les parties et qui, à longueur d’écritures, sont évoqués par ces mêmes parties ; qu’en définitive, l’initiative de la cour ne tend nullement à interférer sur la procédure de démonstration de la preuve telle qu’elle est fixée par les articles 55 et 56 de la loi sur la presse ; que le débat contradictoire qui s’instaurera à l’audience respectera les droits des deux parties” (Crim.6 mai 2008, no 0782836).

Ainsi peut-on en déduire que si le juge ne peut se substituer au prévenu en recherchant la preuve de la bonne foi, il ne saurait non plus, lorsque cette bonne foi est soulevée, s’abstenir de toute initiative destinée à en rapporter la preuve, particulièrement lorsque la partie ne peut “produire des documents qui ne peuvent être versés” par elle, la partie n’ayant pu qu’évoquer leur existence.

L’arrêt avant dire droit retient que : “Considérant que les débats ont fait apparaître la nécessité pour la Cour de visionner les images prises le 30 septembre 2000 à Gaza par TalalAvis-AG-Q0883926 ABU RAMA , le cameraman de la société FRANCE 2 ;

Qu’il convient, dès lors, d’ordonner un supplément d’information afin que la société FRANCE2 communique les rushes de la journée du 30 septembre 2000 pris dans la bande de GAZA par son cameraman”.

Il convient de relever en l’espèce que la mesure d’instruction ordonnée avant dire droit l’a été dans le respect du contradictoire, alors que le prévenu invoquait l’exception de bonne foi, que la référence aux rushes était bien dans les débats, et que le prévenu n’avait pu obtenir communication de ces pièces compte tenu des réticences exprimées par la société France 2 à laisser visionner les rushes de son caméraman.

La cour d’appel se trouvait en conséquence fondée à ordonner une telle mesure d’instruction, sans outrepasser ses prérogatives.

Il s’ensuit que les deux premiers moyens ne sauraient être accueillis.

Sur le troisième moyen :
L’argument selon lequel les juges d’appel auraient accueilli l’exception de bonne foi présentée par le prévenu au motif tiré de la véracité des faits diffamatoires allégués ne saurait raisonnablement prospérer ; les énonciations de l’arrêt critiqué sont en effet les suivantes :
“Considérant que Richard LANDES, journaliste, professeur à l’université d e Boston, entendu en qualité de témoin par les premiers juges, a déclaré que, selon lui , après avoir étudié les rushes de Reuters et le reportage de Charles ENDERLIN, avec lequel il s’est entretenu, la probabilité que la mort de l’enfant présentée par celui-ci serait une mise en scène était “supérieure à 95%” ;

Considérant que, si aucun des arguments du prévenu -ni les conclusions de l’enquête menée à l’initiative personnelle du Général SAMYA (contre-offre de preuve no 12), ni “l’imprudente affirmation” de Charles ENDERLIN déjà relevée – n’a paru aux premiers juges, à lui seul suffisamment déterminant en regard du reportage contesté, il apparaît que l’examen, en cause d’appel, des 18 minutes de rushes de Talal ABU RAMAH communiquées par FRANCE 2 ne permet pas d’écarter les avis des professionnels entendus au cours de la procédure ou ayant versé leurs contributions aux débats, les
attestations produites par les soins du cameraman (offre de contre-preuve, no 5 à 10) ne pouvant pas, en revanche, au vu de leur présentation comme de leur contenu, être tenues pour parfaitement crédibles ;

Qu’alors qu’aucun principe ne permet de refuser sans examen, ni explication tout crédit à un document qui ne bénéficierait pas d’un label officiel ou qui ne recueillerait que peu de crédit de la part des “autorités”, il convient de relever que les premières déclarations des autorités israéliennes, notamment celle du Généra l EILAND, ont été faites au vu des seules images du reportage de FRANCE 2 ; qu’il est, par ailleurs, notoire, ainsi que l’ont expliqué Denis JEAMBAR et Danie l LECOMTE, que l’armée israélienne ne répond quasiment jamais sur rien, “c’est le choix de communication qu’elle a fait” ;
Considérant qu’en répondant à Denis JEAMBAR et à Daniel LECOMTE , dans le Figaro du 27 janvier 2005, que “l’image correspondait à la réalité de l a situation non seulement à Gaza, mais aussi en Cisjordanie”, alors que la définition d’un reportage s’entend comme le témoignage de ce que le journaliste a vu et entendu, Charles ENDERLIN a reconnu que le filmAvis-AG-Q0883926 qui a fait le tour du monde en entraînant des violences sans précédent dans toute la région ne correspondait peut – être pas au commentaire qu’il avait donné, ce qui est également l’avis donné par Daniel DAYAN, directeur de recherches au CNRS et spécialiste des médias, dans son attestation (pièce no5)”.

En l’état de ces énonciations, la cour d’appel a justifié sa décision, non pas sur la preuve de la vérité des faits allégués, mais sur les témoignages de professionnels de l’information, retenus au soutien de l’exception de bonne foi, pour apprécier le sérieux des investigations menées par le prévenu Philippe KARSENTY.

D’où il suit que le troisième moyen ne peut être accueilli.

Sur les autres moyens réunis :
La jurisprudence française retient que les juges du fond qui constatent l’existence de propos diffamatoires peuvent entrer en voie de relaxe dès lors qu’est établie la bonne foi de l’auteur desdits propos.
Il est constant que la bonne foi suppose la réunion de quatre conditions : la légitimité du but poursuivi, l’absence d’animosité personnelle, la prudence et la mesure dans l’expression et la qualité de l’enquête (Crim., 28 avril 2009, 1er septembre 2004, Civ. 2, 27 mars 2003, 14 mars 2002).
Le sérieux de l’enquête ayant été examiné à l’occasion du troisième moyen soulevé, il convient de rechercher si les autres conditions sont réunies.
Les énonciations de l’arrêt sont les suivantes :
1 – sur la prudence et la mesure dans l’expression “Considérant, sur la prudence de l’expression, qu’il convient de souligner que les limites de la
critique admissible sont d’autant plus grandes que le sujet est d’intérêt public et les accusations étayées sur un faisceau d’éléments d’enquête, et d’autant plus larges à l’égard de ceux qui, par leur fonction ou leur activité , s’exposent au public ;
Que c’est en ce sens qu’il convient d’entendre le propos de Francis BALLE , professeur à l’université de Paris II, spécialiste de l’image et de l’information, qui a déclaré devant le tribunal qu’il ne lui semblait pas que, dans l’exercice de son métier , Philippe KARSENTY “ait franchi la ligne jaune” en usant des termes incriminés pour parler d’un sujet d’intérêt public ;
Que s’il est vrai que l’emploi répété de l’expression “faux reportage”, accentué par les termes de “mise en scène”, “mascarade”, supercherie” et “imposture” confèr e de prime abord aux propos incriminés un caractère essentiellement critique, négatif , voire, avec la formule “fausse
mort”, provoquant, il résulte d’une lecture plus approfondie de l’article en ligne, repris succinctement dans le communiqué, dont la tonalité d’ensemble est ferme, que leur auteur explique avec véhémence, mais sans véritable outrance en quoi la chaîne publique a mérité sa critique au regard des critères de notation de son agence ;
Qu’en effet, le prévenu rappelle les faits, relate la polémique, indique que la MENA accuse la chaîne française de faux, avant de donner sa propre analyse et ses conclusions ; que, dans ce cadre, il qualifie le premier épisode de pure fiction, ce qui est aussi soutenu par plusieurs des grandes signatures de la presse et de l’information ayant vu les rushes en octobre 2004 ; qu’il expose ensuite, au sujet de la scène principale, dans laquelle il a observé des incohérencesAvis-AG-Q0883926 inexplicables et de s contradictions dans les explications sur l’agonie de l’enfant donnée par Charles ENDERLIN, que celui-ci se trompe, ce qui revient à lui imputer une simple erreur, et, “du même coup”, trompe le public, ce qui apparaît comme une formulation euphémique ; qu’en concluant par une interrogation sur les raisons de “chercher à couvrir cette imposture”, Philippe KARSENTY aborde le fond du sujet avec une vivacité de l’expression que l’importance de la question débattue doit pourtant autoriser ;”
2 – sur l’absence d’animosité personnelle “Considérant que l’animosité personnelle à l’égard des parties civiles n’est pas démontrée par la production de deux attestations, l’une de René BACKMANN , l’autre de François RAIGA-CLEMENCEAU, postérieures à l’enquête menée par Philippe KARSENTY, alors que le contenu de l’article et du communiqué d u directeur de l’agence de notation des médias ne révèle, quant à lui, aucun sentiment personnel hostile à l’égard de Charles ENDERLIN et de FRANCE 2 ;
3 – sur la légitimité du but poursuivi “Considérant qu’en l’état des éléments de l’enquête, qui constituent une base factuelle suffisante pour admettre que les propos litigieux, souvent proches d’un jugement de valeur, aient pu être tenus par l’auteur de l’article et du communiqué incriminés pour traiter de sujets d’intérêt aussi général que le danger d’un pouvoir, en l’occurrence celui de la presse, en l’absence de contrepoids, et le droit du public à une information sérieuse, il y a lieu de décider que Philippe KARSENTY a exercé de bonne foi son droit de libre critique ; que, ce faisant, il n’a pas dépassé les limites de la liberté d’expression reconnue par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme, laquelle vaut non seulement pour les informations ou idées accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent ”.
En l’espèce, la cour d’appel a bien recherché l’existence des quatre critères habituels de la bonne foi et minutieusement analysé chacun d’entre eux : la légitimité du but poursuivi, l’absence d’animosité personnelle, la prudence et la mesure dans l’expression et la qualité de l’enquête.
Ce faisant, elle a, par des motifs répondant aux conclusions dont elle était saisie, caractérisé sans insuffisance ni contradiction les circonstances particulières invoquées par le prévenu sur lesquelles elle s’est fondée et qui justifient par leur réunion l’admission légale de l’exception de bonne foi au bénéfice de Philippe KARSENTY.

Les moyens seront en conséquence écartés.

III.- AVIS de l’AVOCAT GÉNÉRAL
En conséquence, j’ai l’honneur de conclure qu’il plaise à la Cour Rejeter le pourvoi formé contre l’arrêt rendu le 21/05/2008 par la Cour d’appel
de Paris – 11ème chambre correctionnelle.
Fait à Paris, le 17 novembre 2011
L’avocat généralAvis-AG-Q0883926
Jean Berkani